Côte d’Ivoire: la police interpelle 10 trafiquants de drogue à Noé

Des Trafiquants de drogue interpelés
Par
Publié le 31 mai 2018 à 12:30 | mis à jour le 31 mai 2018 à 14:47

Le porte-parole de la police nationale ivoirienne, Charlemagne Bleu, a annoncé mercredi à Abidjan, que ses agents ont interpellé 10 trafiquants de drogue à Noé (Sud-est, frontière avec le Ghana) le 23 mai, et saisi 5 kilogrammes d’un produit "dangereux", contribuant à la préparation de la cocaïne, lors d’une conférence de presse.

Plusieurs trafiquants de drogue arrêtés à Noé par la police ivoirienne.

"Une longue enquête qui a duré pratiquement quatre mois e qui a permis d’interpeller ce 23 mai 2018, 10 autres membres (d’un) réseau" de trafiquants de drogue, a élucidé M. Bleu, ajoutant que "5.2 kilogrammes d’un produit dangereux (…) et qui contribue à la préparation de la cocaïne".

Les forces de défense ivoirienne en étroite collaboration avec le service antidrogue du Nigeria, ont permis d’interpeller neuf Nigérians et un Ivoirien, a dit Bleu Charlemagne, estimant à 500 millions francs CFA.

Le porte-parole de la police, a expliqué que les "cerveaux (de ce trafic) sont à l’heure actuelle identifiés et localisés".

Les trafiquants de drogue interpellés "seront conduites et mises à la disposition de Monsieur le Procureur de République près le tribunal de première instance d’Abidjan-Plateau", pour conclure à leur culpabilité, a poursuivi le commissaire de Police.

M. Bleu a invité la population à collaborer avec les forces de défense en vue d’éradiquer ce phonème en Côte d’Ivoire.
L’opération policière dénommée "épervier" est une action conjointe des forces de Défense et de sécurité, en vue de protéger les populations vivant en Côte d’Ivoire contre les enfants en conflits avec la loi, communément appelés "microbes, et toutes formes de criminalités.
Pas moins de 9.500 personnes ont été interpellées et 195 fumoirs détruits, au cours de l'opération "Épervier 2", initiée en juillet 2016 pour la sécurisation du district d’Abidjan, a annoncé vendredi Allani Kouassi, commissaire principal de la préfecture de police, lors d'un point de presse.


+ Afficher les commentaires
Articles les plus lus