Nouvelle CEI: Bédié et le PDCI accentuent la pression sur Ouattara

Le PDCI rejette la CEI et durcit le ton
Par K. Richard Kouassi
Publié le 30 août 2019 à 12:46 | mis à jour le 30 août 2019 à 13:19

Le PDCI ne siègera pas au sein de la nouvelle CEI (Commission électorale indépendante). Le parti d' Henri Konan Bédié a décidé de ne pas participer aux travaux de la structure dirigée par Youssouf Bakayoko, emboitant le pas au Front populaire ivoirien (FPI). Le Parti démocratique de Côte d'Ivoire semble déterminé à faire plier Alassane Ouattara.

Le PDCI rejette la CEI et durcit le ton

Maurice Kakou Guikahué, dans une déclaration, a livré la position du Parti démocratique de Côte d'Ivoire à propos de la CEI. Le secrétaire exécutif en chef du PDCI a été ferme en annonçant que le doyen des partis politiques ivoiriens ne compte pas siéger à la Commission électorale indépendante.

"Nous, on a maintenu notre position avec EDS. La loi, comme vous le savez, est partie à l’Assemblée, au Sénat avec la majorité relative. Ce n’est pas une loi organique. Si c’était le cas, elle ne passait pas parce qu’ils ne sont pas plus de deux tiers (2/3). La loi est passée. Nous notre position, on veut une Commission électorale indépendante dotée de pleins pouvoirs avec une autonomie financière, qu’elle soit neutre, impartiale et indépendante pour organiser des élections efficaces", a martelé le proche collaborateur d' Henri Konan Bédié.

"Donc déjà, il y a quatre (4) participants qui n’y vont pas. La commission est donc amputée déjà de quatre (4) membres. Voici la position du PDCI-RDA. Tant que la commission n’est pas consensuelle, nous ne participerons pas et nous nous donnons tous les moyens démocratiques pour que nous puissions revenir à une Commission électorale indépendante", a prévenu Maurice Kakou Guikahué.


Le PDCI, ancien allié d' Alassane Ouattara, est sans contexte l'une des grosses formations sur la scène politique ivoirienne. Les partisans du "sphinx" de Daoukro sont conscients du poids de leur parti. En refusant d'intégrer la CEI, Bédié et les autres partis politiques veulent mettre le chef de l'État dans l'embarras. Cependant, ce dernier a clairement affiché sa détermination en mettre en place la nouvelle commission courant septembre.


+ Afficher les commentaires
Articles les plus lus