Divorce Gbagbo-Affi : L'ex-ministre Justin Koné Katinan prend position

Guéguerre Affi-Gbagbo : Koné Katinan prend position
Par Jean Kelly Kouassi
Publié le 13 août 2021 à 11:12 | mis à jour le 13 août 2021 à 11:13

Justin Koné Katinan, cadre du Front populaire ivoirien (FPI), a évoqué la rupture actée entre Laurent Gbagbo et son ancien Premier ministre Pascal Affi N'guessan, au sujet de la présidence du FPI.

Koné Katinan à propos du nouveau parti de Gbagbo: "Nous sommes au laboratoire"

C’est une nouvelle page qui s'ouvre dans l'histoire politique de la Côte d'Ivoire. L’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo rentré en Côte d'Ivoire après dix ans d’exil, a décidé, lundi 9 août dernie, d'abandonner le Front populaire ivoirien (FPI), parti qu'il a créé dans la clandestinité en 1982, aux mains de son rival Pascal Affi N'guessan, en vue de la création d'une nouvelle formation politique.

L'ex-pensionnaire du pénitencier de Scheveningen à La Haye renonce ainsi à s'engager dans une interminable bataille juridique avec celui qui fut entre 1990 et 2011, l'un de ses plus proches collaborateurs. Cette annonce aussi surprenante que douloureuse, ne semble pas pour autant ébranler les partisans et autres sympathisants de l'ex-parti au pouvoir.

" On nous a arraché la chemise que portait notre enfant, on va lui trouver une nouvelle chemise. Mais nous avons un élément de mobilisation important qui s’appelle Laurent Gbagbo", a confié l'ex-ministre Justin Koné Katinan. Précisant que la direction du FPI est actuellement au "laboratoire" en vue de la création du nouveau parti.

Lequel parti devrait voir le jour en octobre prochain à la suite d'un congrès constitutif dont la date de la tenue, sera annoncée dans les prochains jours.

" J'appelle pour ce nouveau départ au plus large rassemblement possible pour qu'on fasse quelque chose de nouveau et de plus fort. Il faut un rassemblement plus large", dixit Laurent Gbagbo. À 76 ans, les ambitions politiques de Gbagbo, semblent intactes et notamment la possibilité qu’il se présente aux élections présidentielles de 2025, pour reconquérir le pouvoir, après trois mandats d'Alassane Ouattara.


+ Afficher les commentaires
Articles les plus lus