Contrat des sous-marins: Emmanuel Macron fait la paix avec Joe Biden

Emmanuel Macron et Joe Biden d'accord pour que l'ambassadeur français aux États-Unis retourne à Washington
Par Eugène SAHI
Publié le 22 septembre 2021 à 22:23 | mis à jour le 22 septembre 2021 à 22:23

Dénouement dans la crise des sous-marins, Emmanuel Macron et Joe Biden ont annoncé des "engagements" pour rétablir une confiance durement éprouvée entre Paris et Washington.

Emmanuel Macron et Joe Biden d'accord pour que l'ambassadeur français aux États-Unis retourne à Washington

Emmanuel Macron et Joe Biden se sont entretenus par téléphone ce mercredi 22 septembre, près d’une semaine après le déclenchement de la crise impliquant un contrat de 12 sous-marins rompu par l’Australie avec Paris au profit de Washington.

Emmanuel Macron et Joe Biden ont prévu de se rencontrer fin octobre en Europe, a indiqué la présidence française. L'ambassadeur de France aux États-Unis retournera la semaine prochaine à Washington.

Au cours de cet entretien téléphonique très attendu, les deux présidents ont tenté de trouver une issue à la crise diplomatique la plus grave entre les États-Unis et la France depuis le "non" français à la guerre d'Irak en 2003.

"Le président Biden a fait part de son engagement durable à ce sujet", ajoute le communiqué commun, alors que Paris a accusé Joe Biden de se comporter comme son prédécesseur Donald Trump.

En guise de decryspation, Emmanuel Macron a décidé que l'ambassadeur de France aux États-Unis, l'expérimenté diplomate Philippe Etienne, retournerait à Washington "la semaine prochaine" et travaillerait "alors en lien étroit avec des hauts fonctionnaires américains".

Paris avait annoncé vendredi le rappel de ses ambassadeurs aux Etats-Unis et en Australie, une décision sans précédent vis-à-vis de deux alliés historiques, pour protester contre l'annonce d'un partenariat stratégique entre ces deux pays et le Royaume-Uni, qui a entraîné torpillage d'un mégacontrat de sous-marins français à Canberra.

"Les messages sont bons" avec la reconnaissance qu'il aurait fallu "mieux communiquer", a commenté Benjamin Haddad, directeur Europe du think tank Atlantic Council. "Les Américains ont compris que le choc principal à Paris ne venait pas tant que de l'aspect commercial que de la rupture de confiance", a-t-il ajouté, en prévenant toutefois qu'"on ne surmonte pas tout du jour au lendemain par une conversation".

En France, plusieurs candidats à l'Elysée, de Jean-Luc Mélenchon (LFI) à Marine Le Pen (RN), en passant par Eric Ciotti (LR), appellent à revoir les liens avec l'Otan, certains voulant mettre sur la table la question de la participation de la France au commandement intégré" de l'organisation transatlantique.

La France y avait fait son retour, en 2009 sous Nicolas Sarkozy, 43 ans après l'avoir quittée, sous l'impulsion du général de Gaulle.


Afficher les commentaires
Articles les plus lus