Prestation de serment de Mamadi Doumbouya: La CEDEAO dit "non"

Prestation de serment de Mamadi Doumbouya: La CEDEAO dit
Par K. Richard Kouassi
Publié le 30 septembre 2021 à 18:41 | mis à jour le 30 septembre 2021 à 18:45

Mamadi Doumbouya, tombeur d'Alpha Condé, prête serment le vendredi 1er octobre 2021. La CEDEAO (Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest) et l'Union africaine ont refusé l'invitation des nouvelles autorités guinéennes à prendre part à la cérémonie à Conakry.

La CEDEAO et l'UA boycottent la prestation de serment de Mamadi Doumbouya

Le colonel Mamadi Doumbouya prêtera-t-il serment sans la présence de chefs d'État et de représentants de gouvernement ? Selon une information relayée par le site africaguinee, à vingt-quatre heures de la prestation de serment de Mamadi Doumbouya, aucun chef d'État ni délégation de gouvernement n'a daigné répondre aux invitations envoyées par le CNRD (Comité national du rassemblement pour le développement). "

"Ce matin, nous avons reçu une note d’invitation adressée au président de la transition du Mali que nous avons transmise à Bamako. On attend la réponse", a confié une source de l'ambassade du Mali à Conakry dont les propos sont repris par africaguinee. "À l’heure actuelle, aucun chef d’État ou de représentants de gouvernement n’a confirmé son arrivée. Mais certains ambassadeurs des pays accrédités en Guinée ont confirmé. La CEDEAO tout comme l’Union africaine ne sera pas là. Pour les autres institutions, nous n’avons pas reçu de retour", apprend-on auprès des organisateurs de la prestation de serment de Mamadi Doumbouya.

Il faut rappeler que depuis la chute d'Alpha Condé le dimanche 5 septembre 2021, la CEDEAO a fermement condamné le putsch mené par Mamadi Doumbouya. La CEDEAO et l'UA ont pris des sanctions contre la Guinée en suspendant le pays de toutes les instances de décision de ces organisations. Les membres du CNRD sont interdits de sortir du pays quand leurs avoirs financiers sont gelés.

Alpha Condé est toujours détenu par les hommes du colonel Mamadi Doumbouya. L'ancien chef d'État guinéen a refusé de signer sa démission, préférant plutôt la mort.


Afficher les commentaires
Articles les plus lus