​Agboville: Dimba Pierre aux côtes des populations sinistrées d’inondations

Pluies diluviennes à Agboville : Le ministre Dimba constate les dégâts
Par Mael Espoir
Publié le 19 juin 2022 à 14:49 | mis à jour le 19 juin 2022 à 14:49

Les fortes précipitations qui se sont abattues les mercredi 15 et jeudi 16 juin dernier, ont entrainé des inondations au niveau du grand marché et de certains quartiers de la ville d’ Agboville. C’est dans cette optique que, le président du Conseil régional de l’Agnéby-Tiassa, Dimba N’Gou Pierre, s’est rendu le samedi 18 juin 2022, au grand marché d’Agboville et à Sambrégnankro, pour apporter sa compassion aux commerçants et aux populations victimes d’inondations.

Pluies diluviennes à Agboville : Le ministre Dimba constate les dégâts

« Je suis venu manifester ma proximité à mes parents, leur dire Yako. Surtout à nos mamans et nos sœurs, qui investissent énormément dans leurs activités mais ces inondations leur font perdre tout. Je voudrais leur dire que, nous sommes avec elles et l’ensemble des autres commerçants victimes », a confié le ministre de la Santé, de l’Hygiène publique et de la Couverture maladie universelle, en présence du préfet de région, Sihindou Coulibaly et de Gnaly Patricia, 5e adjoint au maire d’ Agboville.

Pour Dimba Pierre, les sites visités sont régulièrement inondés du fait que, les bassins versants, réceptacles de toutes les eaux de pluie de cette grande agglomération, mais également les ouvrages sont obstrués et les installations anarchiques empêchant le curage des ouvrages. C’est pourquoi, il a annoncé des actions à court, moyen et long terme pour pallier la situation.

« Avec le soutien du préfet et du maire, la première décision immédiate est de curer les chemins d’eau ensuite détruire les installations anarchiques et enfin curer les ouvrages d’assainissement. Mieux, je pense qu’à long terme, il va falloir réfléchir à une bonne occupation des bassins versants, notamment l’emplacement du marché qui n’est plus adapté. Je pense qu’au moment où on construisait ce marché, aux alentours il y avait un peu de forêt qui retenait les eaux. Aujourd’hui, avec la ville qui s’est suffisamment urbanisée, le ruissellement d’eau et les quantités d’eau qui arrivent sont hors de portée des ouvrages qui existent », a expliqué l’ingénieur en génie civil, diplômé de l’École nationale supérieure des travaux publics de Yamoussoukro.

Outre les comportements peu respectueux de l’environnement, les fréquentes inondations enregistrées dans le chef-lieu de l’Agnéby-Tiassa, ont aussi une autre cause : l’ensablement du fleuve Agbo.

Tizié TO Bi

Correspondant régional


+ Afficher les commentaires
Articles les plus lus