Côte d'Ivoire : Ange Kessi crie sa colère contre le racket et menace

Côte d'Ivoire : Ange Kessi crie sa colère contre le racket et menace
Par K. Richard Kouassi
Publié le 04 octobre 2022 à 15:41 | mis à jour le 04 octobre 2022 à 15:41

Ange Kessi est très colère devant la montée du racket dans les rangs des forces de l'ordre. Le procureur militaire de la République de Côte d'Ivoire a donné de la voix pour mettre en garde les agents véreux qui s'adonnent à cet acte répréhensible pendant l'exercice de leur fonction.

Côte d'Ivoire-Racket : Ange Kessi menace les agents de police

Le procureur militaire de Côte d'Ivoire a récemment bandé les muscles contre les forces de l'ordre qui s'adonnent au racket. En effet, Ange Kessi Kouamé a montré sa colère devant ce phénomène. "Si vous ne voulez pas qu'on vous filme, arrêtez de faire des bêtises en service. En matière de lutte contre le racket, tous les moyens sont recevables pour avoir des renseignements, pourvu qu'ils soient crédibles, fiables et ne rentrent pas dans la délation maléfique", a répondu le commissaire du gouvernement aux éléments des forces de l'ordre qui se plaignent d'être filmés dans l'exercice de leur fonction.

Par ailleurs, le contre-amiral a expliqué que tout fonctionnaire de la police, militaire ou paramilitaire qui décide de retenir un citoyen à qui il reproche de l'avoir filmé, sans en référer auparavant au procureur de la République commet, viole le respect des droits de l'homme et est coupable de détention arbitraire .

"Nous sommes fiers de nos éléments quand ils sont filmés en train de sauver un enfant de la noyade ou en train de secourir un individu en détresse, ou posent un acte fort de civisme ou de maîtrise de soi à l'image de ce jeune policier lors de la finale du tchin-tchin. Ceux-là doivent être connus, félicités et récompensés", a ajouté Ange Kessi.


Le commissaire du gouvernement a appelé les éléments des forces de l'ordre à avoir un comportement exemplaire afin que les civils puissent suivre leur exemple. "C'est pourquoi nous disons non, non et non quand nous entendons les gens dire "la société est corrompue, il y'a des hommes qui détournent des milliards...ce sont les 500 f de racket que vous poursuivez. Comme si 500f ou 1000f ce n'était pas de l'argent. Savons-nous combien ces 500f que vous qualifiez de "seulement" coûtent dans l'année ?", a martelé Ange Kessi.


+ Afficher les commentaires
Articles les plus lus