Dialogue politique : Les débats de fond s'ouvrent la semaine prochaine

Dialogue politique  : Les débats de fond s'ouvrent la semaine prochaine
Par Jean Kelly Kouassi
Publié le 14 janvier 2022 à 15:30 | mis à jour le 14 janvier 2022 à 15:30

Au point mort depuis son ouverture, le jeudi 16 décembre 2021, la cinquième phase du dialogue politique interivoirien reprendra le 20 janvier 2022, informe une note du ministère ivoirien de l' Intérieur et de la Sécurité.

Dialogue politique : Les discussions de fond démarrent le 20 janvier

"Les thèmes du dialogue ayant été tous reçus des partis politiques et de la société civile, le dialogue reprendra le jeudi 20 janvier prochain’’, indique la note du ministère. Le ministre ivoirien de l' Intérieur et de la sécurité a été désigné par le Premier ministre Patrick Achi pour représenter le gouvernement lors de cette cinquième phase du dialogue politique incluant également des organisations de la société civile.

Lors de la cérémonie d'ouverture de ces assises jeudi 16 décembre à la Primature, le chef du gouvernement ivoirien s’était réjoui d’une « nouvelle étape » dans ce processus de dialogue « ouvert, transparent et inclusif », plusieurs fois interrompu ou boycotté par le passé, par certains partis politiques de l'opposition.

Mais les reports successifs et les menaces de poursuites judiciaires brandies par le procureur Richard Adou contre certains leaders de l'opposition avaient contribué à jeter un vent d'inquiétude sur la sincérité des autorités gouvernementales à conduire le processus jusqu'à son terme.

Le Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI-RDA) et le Parti des peules africains-Côte d'Ivoire (PPA-CI) étaient montés au créneau le 5 janvier dernier pour interpeller le chef de l' Etat, Alassane Ouattara, sur la nécessité d'inscrire le dialogue politique au centre de ses priorités pour l'année 2022.

En représailles, le RHDP, le parti au pouvoir, a fustigé une "paranoïa politique" de l'opposition, accusant les partis d' Henri Konan Bédié et de Laurent Gbagbo, présumés responsables des violences électorales de la présidentielle d'octobre 2020, de vouloir se servir "de ce dialogue politique pour s’assurer une immunité juridictionnelle et une impunité, sans toutefois reconnaître leurs forfaits".

La reprise du dialogue politique prévue devrait consacrer le démarrage des travaux en comité restreint, cadre de discussion approfondie, conformément au mode opératoire à chaque phase du dialogue politique. Contribuera-t-elle à faire baisser les tensions entre pouvoir et opposition ? Les prochaines semaines nous situeront sur la question.


Afficher les commentaires
Articles les plus lus