Guerre en Ukraine: L’Onu évalue l’impact de la crise sur les pays

ONU, guerre en Ukraine
Par Eugène SAHI
Publié le 06 avril 2022 à 14:21 | mis à jour le 09 juillet 2022 à 19:03

Guerre en Ukraine - Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a fait l’état des lieux de l’impact de l’invasion russe en Ukraine sur les pays en développement, le mardi 5 avril, au cours d’une réunion du Conseil de sécurité organisée sur la guerre ukrainienne.

74 pays pour une population totale de 1,2 milliard d’habitants, impactés par la guerre en Ukraine

M. Guterres a ajouté qu’au-delà des frontières de l’Ukraine et en particulier dans les pays en développement, la perturbation des chaînes d’approvisionnement mondiales causée par la guerre, a entraîné des hausses massives des prix des aliments, de l’énergie et des engrais, la Russie et l’Ukraine faisant partie des principaux producteurs mondiaux.

« Rien qu’au cours du mois dernier, les prix du blé ont augmenté de 22%, ceux du maïs de 21% et ceux de l’orge de 31% », a déclaré le Secrétaire général, avant de noter avec inquiétude que 74 pays en développement avec une population totale de 1,2 milliard d’habitants étaient « particulièrement vulnérables » à la flambée des prix des aliments, de l’énergie et des engrais.

Le chef de l’ONU a également averti que les remboursements de la dette représentent désormais 16% des recettes d’exportation des pays en développement, tandis que le fardeau est deux fois plus élevé pour les petits États insulaires en développement, en raison de la hausse des taux d’intérêt et des importations coûteuses.

Selon M. Guterres, avec tous les signaux d’alerte qui clignotent au rouge. « Nous avons le devoir d’agir », a-t-il lancé, lors de cette réunion à laquelle était invité le Président ukrainien, Volodymyr Zelensky, par visioconférence.

Il a noté que le Groupe mondial de réponse à la crise sur l’alimentation, l’énergie et la finance qu’il a créé le mois dernier a formulé quelques recommandations initiales à l’intention des États membres et des institutions financières internationales.

« En ce qui concerne l’alimentation, nous exhortons tous les pays à maintenir les marchés ouverts, à résister aux restrictions à l’exportation injustifiées et inutiles et à mettre des réserves à la disposition des pays menacés par la faim et la famine. L’heure n’est pas au protectionnisme », a-t-il souligné.

« Les appels humanitaires doivent être entièrement financés. Les gens pris dans des crises partout dans le monde ne peuvent pas payer le prix de cette guerre », a-t-il ajouté.

Concernant l’énergie, le chef de l’ONU a estimé que l’utilisation de stocks stratégiques et de réserves supplémentaires pourrait contribuer à atténuer la crise énergétique à court terme. « Mais la seule solution à moyen et long terme est d’accélérer le déploiement des énergies renouvelables, qui ne sont pas impactées par les fluctuations du marché », a-t-il dit.

Quant à la finance, le Secrétaire général a jugé nécessaire que les institutions financières internationales passent en mode urgence. « Nous avons besoin d’une action urgente de la part du G20 et des institutions financières internationales pour accroître les liquidités et l’espace budgétaire afin que les gouvernements puissent fournir des filets de sécurité aux plus pauvres et aux plus vulnérables », a-t-il dit. « La réforme que j’ai réclamée du système financier mondial est attendue depuis longtemps ».

« La guerre en Ukraine doit cesser – maintenant », a déclaré le Secrétaire général, qui a réclamé des négociations sérieuses pour la paix, fondées sur les principes de la Charte des Nations Unies. Il a regretté « profondément les divisions qui ont empêché le Conseil de sécurité d’agir non seulement sur l’Ukraine, mais sur d’autres menaces à la paix et à la sécurité dans le monde ».


« J’exhorte le Conseil à faire tout ce qui est en son pouvoir pour mettre fin à la guerre et atténuer son impact, tant sur le peuple ukrainien qui souffre que sur les personnes vulnérables et les pays en développement du monde entier », a-t-il conclu.

Guerre en Ukraine: 1.430 personnes tuées et quelque 11 millions de déplacés

Pour sa part, la Secrétaire générale adjointe des Nations Unies aux affaires politiques et à la consolidation de la paix, Rosemary DiCarlo, a noté devant les membres du Conseil que les efforts diplomatiques pour mettre fin à la guerre se poursuivaient. Elle a félicité le gouvernement turc d’avoir accueilli des pourparlers directs entre les représentants ukrainiens et russes. Tout progrès dans les négociations doit se traduire rapidement en action sur le terrain, a-t-elle souligné.

Le Coordinateur des secours d’urgence, Martin Griffiths, a déclaré, de son côté, que que les civils ukrainiens payaient un prix très élevé pour la guerre, avec au moins 1.430 personnes tuées et quelque 11 millions de personnes forcées de fuir leur foyer.

M. Griffiths a indiqué qu’il avait eu des réunions la veille à Moscou, estimant qu’il y avait un long chemin à parcourir. Ce mercredi, il espère se rendre en Ukraine pour avoir des discussions avec de hauts responsables du gouvernement ukrainien et observer sur le terrain la réponse humanitaire.


+ Afficher les commentaires
Articles les plus lus