Alassane Ouattara-Gilbert Kafana : Voici comment tout a commencé

Alassane Ouattara-Gilbert Kafana : Voici comment tout a commencé
Par K. Richard Kouassi
Publié le 18 mai 2022 à 15:28 | mis à jour le 18 mai 2022 à 15:28

Gilbert Kafana Koné fait partie du cercle restreint d’Alassane Ouattara. L’homme qui a en main le directoire du RHDP (Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix) s’est engagé auprès du chef de l’État depuis plus de trente ans.

Gilbert Kafana Koné, le "Mandela" du RDR

Quand Alassane Ouattara a eu à cœur de restructurer le RHDP, le chef de l’État confie ce gros chantier à Gilbert Kafana Koné. Le maire de Yopougon, nommé à la tête du directoire du parti au pouvoir, a pour mission de donner un nouveau visage aux houphouëtistes.

Il faut dire qu’Alassane Ouattara a choisi l’actuel maire de Yopougon, car celui-ci a le mérite d’être l’un de ses plus fidèles compagnons. Tout commence dans les années 1990. Selon Jeune Afrique (JA), Gilbert Kafana prend la décision de rejoindre l’ex-Premier ministre de feu Félix Houphouët-Boigny afin de mener le "combat contre l’injustice".

Ancien secrétaire national du RDR (Rassemblement des républicains), Gilbert Kafana a la réputation d’avoir été conduit derrière les barreaux à cause de son militantisme auprès de Ouattara. Il est arrêté le 5 décembre 2000 en marge d’une manifestation pour protester contre le rejet de la candidature de son mentor aux élections législatives par la Cour suprême.

"Il est très clair que son engagement politique est total et inattaquable. On l’a surnommé “le Mandela du RDR” tellement il a souffert à cause de ses convictions, sans jamais rien revendiquer, toujours dans la discrétion. Nous étions ensemble au PDCI [Parti démocratique de Côte d’Ivoire] quand le parti a basculé dans le concept de l’ivoirité, de cette exclusion quasi-irrationnelle de tous ceux qui n’avaient pas le bon nom ou la bonne région de naissance. C’était inacceptable de continuer ainsi", a confié Adama Coulibaly, le directeur général du Conseil du coton et de l’anacarde, dans les colonnes de Jeune Afrique.


+ Afficher les commentaires
Articles les plus lus