Côte d'Ivoire - RHDP : Vers un duel entre Amadou Koné et Jacques Assahoré

RHDP - Lutte pour le contrôle du conseil régional du GBÈKÈ en 2023: Les premiers coups de Jacques Assahoré à Amadou Koné
Par David Yala
Publié le 08 septembre 2022 à 12:35 | mis à jour le 08 septembre 2022 à 12:57

C'est un secret de polichinelle pour les observateurs avertis de la politique de la région du GBÈKÈ, qu'il y aura une lutte fratricide entre le Ministre Amadou KONÉ et le Directeur Général du Trésor, Jacques ASSAHORÉ pour le contrôle du conseil régional du GBÈKÈ en 2023.

RHDP - Lutte pour le contrôle du conseil régional du GBÈKÈ en 2023: Les premiers coups de Jacques Assahoré à Amadou Koné

La politique n'est pas un fleuve tranquille. Elle est parsemée d'embuches, de coups tordus et de frustrations diverses qui au final doivent faire fi afin de prioriser exclusivement l’intérêt commun, c’est-à-dire celui du parti. Mais comment réussir cet objectif quand on sait que certains militants se sont sacrifiés énergétiquement, financièrement, intellectuellement depuis des lustres pour porter sur les fonts baptismaux le parti ?

L’équation est certes difficile à résoudre mais il y a toujours une solution, qu'elle soit de raison ou politique. En effet, le RHDP est à l'assaut du V Baoulé qui est un bastion de l'opposition principalement du PDCI-RDA. Depuis la coalition du RDR, du PDCI et d'autres partis issus de l'Houphouëtisme en une entité politique en RHDP pour reconquérir le pouvoir d’État, le V baoulé a contribué fortement à cette réussite politique.

Plusieurs de ses cadres ont contribué à la gestion de l'Etat au plus haut niveau. Depuis la séparation des partis nucléaires du RHDP, certains cadres notamment ceux du PDCI-RDA ont rejoint ledit parti et d'autres y sont restés pour aider le Président de la République à réussir sa mission.

La situation politique dans la région du GBÈKÈ, bien qu’elle paraisse apaisée, couve un grand syndrome

Parmi ces cadres l'on peut citer, le Ministre Amédé KOUAKOU bien que natif de Divo et Maire de ladite ville reste attaché à la région de ses ancêtres, le Directeur Général du Trésor et député de Diabo-Languibonou, Konan Jacques ASSAHORÉ, le PCA de l'ONEP Louis Kouakou HABONOUAN, la Ministre gouverneure Raymonde Koffi GOUDOU, le Directeur de cabinet à la Vice-présidence de la République Emmanuel AHOUTOU, le Président du Senat Jeannot Ahoussou KOUADIO, le Conseiller technique du Premier Ministre Jules Attingbré KOUAMÉ, l'Ex Secrétaire d'Etat et Maire de Didiévi Brice KOUASSI, la députée suppléante Dorothée KOFFI pour ne citer que ceux-là.

Ils sont nombreux ces hauts cadres qui ratissent large dans les profondeurs de cette région du pays. En revanche les précurseurs de la vulgarisation et la promotion du projet de société du Président de la République Alassane OUATTARA, autrefois dans l’opposition, sont des laissés-pour-compte ou non reconnus à leur juste valeur ; une des inconnues de l’équation sus-citées. Nous pensons humblement qu’une solution intermédiaire satisferait tout le monde.

Par exemple, un candidat au législatif ou local qui est originellement un transfuge du PDCI-RDA devrait avoir respectivement comme colistier ou premier adjoint un militant d’origine RDR et vice versa. Cette solution de raison pourrait harmoniser l’union entre les différents protagonistes en périodes électorales. La situation politique dans la région du GBÈKÈ bien qu’elle paraisse apaisée, couve un grand syndrome nonobstant une prise de conscience des populations au contrat social du président de la République Alassane OUATTARA.

Les prémisses d’une campagne déguisée et les mesquineries des éventuels candidats aux élections locales prochaines

Ce regain de confiance et cette prise de conscience sont l’œuvre de l’ensemble des cadres toutes origines politiques confondues. Par conséquent certains cadres veulent s’approprier et s’attribuer égoïstement le labeur d’un travail d’ensemble et d’équipe. La résultante de ce travail d’équipe vient par ailleurs de faire remporter, trois sièges pour le RHDP dont deux aux élections législatives partielles notamment à Bodokro commune Marabadiassa, Lolobo et N’guessankro dans le département de Botro et Bobi-Diarabana dans le département de Séguéla et enfin un aux sénatoriales à Daloa.

Cependant, nous sentons d’ores et déjà sur le terrain les prémisses d’une campagne déguisée et les mesquineries des éventuels candidats aux élections locales prochaines. Certains utilisent leurs réseaux de communication pour fomenter des coups tordus, calomnier, diffamer sournoisement leurs éventuels adversaires.

C'est un secret de polichinelle pour les observateurs avertis de la politique de la région du GBÈKÈ qu'il y aura une lutte fratricide entre le Ministre Amadou KONÉ et le Directeur Général du Trésor, Jacques ASSAHORÉ pour le contrôle du conseil régional du GBÈKÈ en 2023. Les Premiers coups sont portés par ASSAHORÉ à Amadou KONÉ par l'entremise de ses lieutenants en communication qui suivent les faits et gestes du Ministre comme le lait sur le feu.


Le RHDP sera confronté à un choix cornélien pour la désignation de son candidat en 2023

Pour preuve, malgré tous les efforts consentis pour la victoire de Attingbré, les sophistes communicants de l'Argentier ivoirien reprochent au Ministre de n'avoir pas assez soutenu le candidat du parti. Or ils sont sans ignorer que le Député de Bouaké était en déplacement à l’étranger. En dépit de ce contretemps, il a dépêché une délégation conduite par le PCA de l'ONEP, Kouakou HABONOUAN pour le représenter auprès du candidat Attingbré sans oublier sa contribution financière à la campagne et ses appels de soutien.

A-t-on besoin de calomnier, de piétiner ses compagnons de lutte pour capter l'assentiment des décideurs du parti en vue de prouver qu'on est le meilleur profil pour la cause ? Ou voudrait-il nous faire comprendre qu'en politique la fin justifie les moyens ?

Faudrait-il pas rappeler que le GBÈKÈ regroupe 4 départements (Bouaké, Béoumi, Botro, Sakassou) et 771 villages qu'il faille convaincre ? Au regard de ce qui précède, le RHDP sera confronté à un choix cornélien pour la désignation de son candidat à la présidence du conseil régional du GBÈKÈ en 2023.

Par Idriss DAGNOGO


+ Afficher les commentaires
Articles les plus lus