Côte d’Ivoire: Retour de l'UDPCI au RHDP, le Tonkpi juge Mabri Toikeusse

Retour de Mabri Toikeusse au RHDP : Ce qu'en pense la classe politique du Tonkpi
Par David Yala
Publié le 10 septembre 2022 à 15:25 | mis à jour le 10 septembre 2022 à 19:46

L'opinion nationale et internationale a été témoin, vendredi 8 Septembre 2022, via les antennes de la RTI 1, du retour de MABRI Toikeusse et de sa formation politique (UDPCI) au parti au pouvoir, le RHDP. La classe politique du Tonkpi décide de se prononcer sur le sujet.

Retour de Mabri Toikeusse au RHDP : Ce qu'en pense la classe politique du Tonkpi

Ali Fofana, Coordinateur adjoint du PPA-CI chargé du département de Danané :

« Pour nous, c'est une bonne nouvelle en ce sens que MABRI Toikeusse montre son vrai visage au peuple ivoirien mais surtout à ses parents du Tonkpi en général. Son parti est au cœur de toutes sortes de marivaudages. Aujourd'hui, à la lueur des réalités, son mentor Ouattara a montré qu'il est plus pour ses parents du Nord que pour tout le pays. Je le dis conformément à la vitesse avec laquelle le Nord est développé pendant que piétinent tous les projets dans le Tonkpi. La pauvreté y est grandissante. Quand il rejoint celui qu'il a lui-même présenté à ses parents comme mauvaise personne, il ne fait que semer la confusion dans l'esprit des parents qui doivent conclure que suivre MABRI est suicidaire. Il fait le lit au PPA-CI qui est en bonne posture. Notre formation politique est constante avec le même programme de gouvernance. Dans tous les cas de figure, l'UDPCI est appelée à disparaitre parce que c'est ce qu'il a voulu préserver au départ. Donc en rejoignant le RHDP, il cautionne la disparition de son parti. Il cède tout à OUATTARA qui devient le nouveau leader du Tonkpi. Pas lui ! Retenez qu'en tant que politique, je ne peux qu'être heureux de son ralliement».

Domi Bernardin, Chef de Cabinet du maire de Danané :

« Personnellement, je me réjouis du retour du président Mabri au RHDP. Au-delà de tout ce qu'on dit et qu'on fait, c'est pour demain que nous travaillons. Et si la vision du Chef de l'État c'est une Côte d'Ivoire solidaire, c'est dire que toutes les énergies doivent converger dans ce sens. MABRI Toikeusse est quand même un homme politique de poids, qui a longtemps été utile dans la gestion de la région. Donc l'avoir est toujours bon pour le RHDP. Lorsque notre guide (Alassane Ouattara) dit se réjouir de ce retour, je pense que ce sont des consignes fermes données à l'endroit des militants».

Dely Mamadou, ancien député et Cadre du RHDP :

« Nos sentiments sont mitigés. Pour ma part, c'est du gâchis. Beaucoup de gâchis. Je dis merci au président de la République qui fait tout pour préserver la paix. Un homme politique de sa trempe ne se rencontre pas partout. Au nom de l'amour de la Nation, le président Alassane Ouattara s'est surpassé pour démontrer tous les jours qu'il demeure un grand homme d'État. Pour le reste, nous autres sommes au travail pour le Tonkpi autour du ministre de l’Intérieur et de la Sécurité. On a commencé un travail d'implantation du RHDP dans le Tonkpi sous la houlette du général Vagondo Diomandé. C'est ce qui nous importe. Ceux qui viennent auront à se fondre là dedans afin que le Tonkpi devienne un bastion du RHDP. Nous le croyons vu que la démagogie a pris fin».

Jeannette Badouel, maire RHDP de Logoualé :

« Pour l'instant, je me réserve de tout commentaire parce que notre président du RHDP n'a pas encore fait de déclaration devant le Conseil Politique. Donc je ne peux pas être la première à le faire. Nous attendons tous le rendez-vous avec le président le Lundi. Donc patientons tous de peur de mettre la charrue avant les boeufs. »

GBA Gonta Jean-Baptiste, Vice-président du FPI :

« Mabri est membre fondateur du RHDP depuis 2005. Son retour à la maison suite à des brouilles ne m'étonne pas. Je trouve que c'est la logique qui est respectée quand bien même que je ne peux m'interférer dans le fonctionnement d'un parti politique qui n'est pas mien. C'est un simple retour au bercail. Qu'est-ce qui a changé entre temps ? Je ne le crois pas. Dire que Mabri Toikeusse va dans un parti au pouvoir pour voir sa région développée c'est archi faux. Le parti présidentiel a la responsabilité de développer toutes les régions de la Côte d'Ivoire. Il n'y va pas pour rechercher de la dignité. Il doit plutôt montrer aux siens la retombée de sa présence là bas.»

Dr André Tia, président de l'ADRCI :

« Pour dire vrai, je ne voudrais pas commenter le retour de Mabri Toikeusse au RHDP. Je le dis en ma qualité de président d'un parti politique qui est l'ADRCI. MABRI, président de l'Udpci, décide de retourner au RHDP, c'est son option à lui. La politique c'est l'appréciation des réalités. Mabri et ses hommes ont cru opportun de se rallier au parti au pouvoir de façon totale, c'est la cuisine interne à l'Udpci. A l'ADRCI, nous restons sereins car tenus uniquement par l'implantation de notre parti. »

Berni Seni Naman, député de Danané sous-préfecture :

« Au cours d'une rencontre, le président Mabri a déclaré venir prendre sa place auprès du Père pour continuer l'œuvre de développement de la Côte d'Ivoire. En ma qualité de député et membre de la direction du parti, je partage la démarche du président Mabri. Je le soutiens amplement d'ailleurs. Le Tonkpi a besoin de renforcer ses acquis pour parvenir au développement réel. Notre situation ne nous permettait pas d'entamer ce développement. Pour nous, ce rapprochement est un pas vers le développement tant souhaité. Deuxièmement, la politique c'est le temps en acte ou bien l'action dans le temps. La réalité ivoirienne aujourd'hui est qu'aucun parti politique ne peut prétendre gouverner sans coalition, sans alliance. Pour nous, revenir au RHDP n'a rien d'une anomalie politique encore moins d'une trahison. »

Kegban Kegban Bernard, député de Mahapleu/Zonneu :

« Nous leur disons bonne arrivée là où nous sommes déjà. Je souhaite seulement que nous nous entendions pour faire avancer la Côte d'Ivoire. Je ne suis pas de cette maison (Le RHDP). Je suis arrivé autant qu'ils le font aujourd'hui. Il appartient aux maîtres des lieux d'apprécier ou de juger l'opportunité de ce retour. C'est à eux de dire si leur crédibilité est entachée ou non. D'emblée, je leur dis bonne arrivée et leur dis qu'ils ont opéré un bon choix. »

Ibrahim Ben Bamba, Conseiller économique social, environnemental et social :

« Je voudrais avant toute chose saluer le leadership du président de la République qui nous démontre chaque jour que nous sommes à la bonne école et que nous ne nous sommes pas trompés en le choisissant comme modèle et leader. Par cet acte, il nous montre également son sens élevé du rassemblement et du pardon. En ce qui concerne mon aîné Mabri, je n'ai pas de leçon à lui prodiguer.

Il a été artisan de cette maison qu'il a contribué à bâtir avec ses mains, sa sueur et son intelligence. C'est la maison qu'il n'aurait pas dû quitter. C'est chez lui. Je pense qu'il va se mettre au travail pour que le Tonkpi puisse bénéficier de la somme d'intelligences de tous ses enfants et mettre à profit cette union là pour apporter le développement véritable à nos parents. Bienvenue à lui et à son équipe. Nous lui ouvrons les bras.»

Danin Magloire, membre du Cabinet politique du ministre Vagondo Diomandé : (Rire)

« Que dire si ce n'est que dire merci au président de la République. En sa qualité de président du parti, il fait bien de ratisser large pour porter l'objectif. C'est ce qui est essentiel. Que MABRI revienne au parti comme il le fait, c'est une bonne chose. Il est le seul à savoir pourquoi il est parti. C'est lui seul également qui sait pourquoi il est revenu. Tout ce qui me dérange, c'est le fait qu'on veuille l'assimiler à tous les Yacoubas. Parce que le Yacouba sait ce qu'il veut et il est beaucoup constant. Bonne arrivée à lui».

Propos recueillis par Sony WAGONDA


+ Afficher les commentaires
Articles les plus lus